AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
Valise rigide à roulettes pivotantes AmazonBasics – 68 cm
44.55 €
Voir le deal

Partagez
 

 and you let her go + nate & ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptySam 9 Mai - 18:45

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées

Ça fait plus de deux semaines maintenant que j’ai posé mes valises sur le sol de Los Angeles, chez mes parents. Le retour n’a pas été très facile, surtout en revenant d’un pays comme le Brésil. J’ai passé deux voir trois jours à dormir profondément et ça m’à fait un bien fou de récupérer. J’étais content de me retrouver la, content de retrouver mes repères. C’est un nouveau chapitre qui s’écrivait pour moi. J’allais pouvoir finir ma thèse ici, chez moi, auprès des miens. Je ne commençais l’université que la semaine prochaine, j’avais donc encore un peu de temps pour moi et pour rendre visite aux miens. Je ne pensais pas que retrouver mes racines me feraient un aussi grand bien. Après tout, j’étais né et j’avais toujours grandit ici, je suis partit d’abord pour changer d’air mais aussi pour découvrir autre chose et vivre des aventures inédites. Le défi a été relevé ! Maintenant, Tracy allait avoir des bébés et je ne voulais pour rien au monde rater ça. En plus, je pense aller mieux, aller beaucoup mieux, j’avais traversé le pire et puis je suis clairement passé à autre chose. Ça ne me faisait plus grand chose de me retrouver ici. Et qui dit nouveau départ dit... Nouvel appartement ! Sans plus attendre, les jours qui ont suivis mon arrivée ont été consacré à la recherche d’un appartement. Je ne savais pas trop ce que je voulais alors je me laissais tenter par un peu de tout avant de me décider. Terrasse, pas terrasse, grand séjour, cuisine ouverte... Je fonctionnais surtout au feeling et au coup de foudre. Et pour le moment, je n’en ai pas eu. Alors j’ai continué de chercher, sans trop me presser car après tout, j’avais un toit pour dormir, ma chambre chez mes parents et des petits plats délicieux cuisinés par ma mère.

Ce jour là, j’avais une énième visite et ma mère a insisté pour m’y accompagner. Je n’étais pas forcément contre l’idée. Sur le papier, l’appartement ne me tentait pas trop mais pourquoi pas. Alors nous sommes partis visiter. Je ne sais pas ce qui m’a le plus attiré entre le fait qu’il soit spacieux, sa luminosité ou son grand salon. Il m’a fallu quelques minutes pour savoir que c’était celui là que je voulais. J’avais fait mon choix ! Ma mère me regarda d’un air « tu es sur mon chéri ? tu ne veux pas rester encore un peu avec nous ? » J’aurais bien voulu. Mais j’avais aussi besoin de mon indépendance et mes libertés. Immédiatement, j’informais mon agence mon désir de vouloir à tout prix cet appartement. Ils m’ont répondu qu’une autre personne avait également répondu mais que néanmoins, la colocation était envisageable. La colocation ?! J’ai pris quelques jours pour y réfléchir tout de même. Est ce que je supporterais d’avoir quelqu’un avec moi quotidiennement avec moi ? Au Brésil, ça ne m’a pas gêné, ça m’a même permis de rencontrer des gens donc peut être ici aussi. Puis j’étais tellement charmé par l’appartement, que j’étais prêt à tout. Il était de toute façon assez spacieux pour qu’on n’empiète pas l’un sur l’autre. Et donc voilà, dossier déposé, candidature retenue, il ne me restait plus qu’à emménager.

Sac à dos sur le dos, valise en main, je tourne la clef dans la serrure pour entrer dans mon nouvel appartement. J’avais trop hâte ! Il était déjà meublé et je n’avais pas grand chose comme affaire donc l’installation devrait bien se faire. Je pose mes affaires un peu partout, au milieu du séjour, attendant que mon futur colocataire débarque pour qu’on choisisse les chambres. D’ailleurs, j’entends quelqu’un tourner la clef. Je pense que c’est l’heureux élu. Je passe une main dans mes cheveux, et me tourne, attendant impatiemment que la porte s’ouvre. Je me fige sur place à la découverte de la personne. Mon cœur s’arrête de battre, l’air n’entre plus dans mes poumons et je suis incapable de faire le moindre mouvement. Qu’est ce qu’elle fait la ?
∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyDim 10 Mai - 2:23

Ella Everdeen

Ella Everdeen
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 21
points : 5


and you let her go + nate & ella  Empty




NATE&ELLA

Des retrouvailles agitées.

J'étais enfin de retour à Los Angeles. Après deux ans d'absence j'étais désormais retournée à ma terre natale. Prête à partir sur un nouveau chemin, un nouveau chapitre de ma vie venait de s'ouvrir à moi. Désormais j'allais l'écrire seule, sans ma mère que j'ai laissée derrière moi à Paris.. j'essayais tant bien que mal à me reconstruire, mais cela s'avérait plus compliqué que prévu. J'allais cependant pouvoir reprendre peu à peu mes activités que j'avais abandonnées si brutalement. Et je pouvais partir à la recherche de mon père. Le peu d'informations que ma mère m'avait fournit allait peut-être me suffire. Je n'attends pas grand-chose de cet homme, je ne sais pas moi même ce que je recherche en voulant faire des recherches sur lui, peut-être juste mettre un visage sur la seule personne de ma famille qui me reste. Depuis mon retour de France je n'avais pas de logement fixe. J'enchaînais les chambres d'hôtels en essayant de trouver un logement qui pouvait rentrer dans mon budget. Le point positif dans cette histoire c'est que j'avais au moins trouvé un emploi. J'ai postulé dans une agence où il cherchait un photographe. Par chance j'y avais déjà fait un stage plus jeune, alors j'ai pu y rentrer plus facilement. Je n'avais pas laissé ma passion pour la photo de côté, et je savais très bien en revenant à L.A que cela allait m'être favorable.

J'avais donc un emploi et un revenu qui allait pouvoir m'aider dans la recherche de logement. Je ne cherchais pas pour autant un palace, juste un appartement dans lequel je pouvais trouver mes marques. D'agences en agences rien ne me convenait, trop grand, trop chers pour moi toute seule, ou tout simplement trop insalubre. Je n'étais pourtant pas si exigeante que ça, mais je cherchais tout de même un minimum de confort. J'ai bien eu un coup de cœur pour un appartement situé à Venice, mais malheureusement il y avait déjà quelqu'un d'intéressé. L'agent immobilier m'a pour autant dit que la collocation était possible. Je n'ai pas mis longtemps avant d'accepter la proposition, étant donné que l'appartement était meublé c'était l'idéal pour moi. Je revenais juste avec mes valises en main, et je n'avais pas de quoi meublé un appartement entier. Après tout je ne pense pas être la personne la plus difficile à vivre, et puis de toute façon je venais juste de revenir en ville alors avoir un ou une colocataire ne pouvait être qu'un bon point, j'allais vraiment pouvoir repartir de zéro avec de nouvelles connaissances. Malgré ma timidité, je tacherais de faire des efforts d'intégrations, et si jamais le contact ne passe pas je resterais dans mon coin sans déranger personne. Il faut voir le bien par le mal, si la relation avec mon ou ma future colocataire se passe bien c'est aussi plus simple pour le partage des frais!

Contrat de location signée, j'avais enfin les clefs en mains ! Vous savez ce genre de petites filles qui saute partout quand elle a enfin quelque chose qu'elle voulait, et bien c'est exactement moi à ce moment précis! J'allais enfin avoir mon chez moi, partager certes, mais mon chez moi quand même. Une chambre digne de ce nom, et plus une miteuse chambre d'hôtel. J'ai donc traversé la ville avec mes valises en mains, en imaginant ma cohabitation future.

C'était la première fois que j'allais habiter avec quelqu'un d'autre que ma mère, cela me fit tout de même un petit pincement au cœur. Mais je savais que de là où elle est elle serait fière de moi. De voir que je ne m'apitoie pas sur mon sort et que j'en sors la tête haute et pleine d'espoir. J'étais dans mes pensées tout le long de la route, sans me rendre compte que j'étais déjà arrivée chez moi ! L'heure de vérité allais donc sonner. Je ne savais pas du tout si mon colocataire était déjà arrivé, du moins l'appartement était fermé à clef. J'ai donc ouvert la porte, et j'ai bien vus que des valises étaient déjà arrivées dans le séjour, j'en déduis donc que mon colocataire était déjà arrivé. Sans vraiment faire attention et par politesse je lâchas tout bêtement « Salut, je suis Ella ta colocataire ». J'essayais tant bien que mal de rentrer mes affaires dans l'appartement, chose faites je me retourne donc et j'aperçus mon colocataire, qui n'était d'autre que Nate. Bien sûr qu'il savait que je m'appelais Ella, bien sûr qu'il savait qui j'étais, mais je me doutes qu'il pensait que je sois sa colocataire.. Je me suis pincée discrètement le bras pour savoir si c'était bel et bien la réalité. Nate c'est sans doute la personne que j'avais le plus envie de voir depuis mon retour, mais par respect pour lui je n'avais pas osé lui écrire. Je l'avais tout de même abandonné du jour au lendemain.. Je ne sais pas qui de lui ou de mon était le plus choqué de la situation. Moi j'étais resté bloqué sur le coin de la porte, bouche bées, valise et sac à peine posés, porte de l'appartement encore grande ouverte.


☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyDim 10 Mai - 15:35

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées

J’étais vraiment content d’avoir réussis à avoir cet appartement. Peut-être un peu spacieux, mais tellement lumineux et dès que j’avais mis le pied dedans lors de la visite, je m’y suis sentit bien. Celui-là que je voulais et pas un autre. Donc au final, même si l’idée de la colocation m’a valu quelques réflexions, je n’étais pas trop contre. C’était à double tranchant, soit j’allais tomber sur quelqu’un avec qui j’allais très bien m’entendre et donc passer de bonnes soirées à manger, boire et jouer aux jeux vidéos. Soit au contraire, le courant ne passerait pas et on se contenterait de se dire bonjour et au revoir lorsqu’on se croiserait. Je n’étais pas très difficile à vivre, j’étais assez simple, assez doué en cuisine et niveau ménage, ça allait aussi. Je ne serais pas trop dur à supporter je pense. Il faudrait qu’on voit comment s’organiser du coup, mais j’étais assez confiant. J’aurais peut-être dû demander quelques informations à l’agence concernant la personne, mais j’ai préféré jouer la carte de la surprise. Je n’avais pas énormément d’affaires, un peu de ce que j’avais apporté du Brésil avec moi, un peu de souvenirs de chez mes parents. Ça m’allait, ça me suffisait. Je n’aimais pas encombrer mon espace. Donc voilà.

Arrivé à l’appartement, j’étais heureux de le redécouvrir, tout propre et tout spacieux. J’étais le premier arrivé, mon colocataire n’était pas encore là. Je n’ai pas trop voulu m’avancer, préférant que la personne débarque pour jeter un coup d’œil aux lieux et décider qui prendrait quelle chambre, bien qu’elles soient quasi identiques. Une des deux étaient un poil plus grande que l’autre mais à la limite, ça m’emportait peu car si j’avais des invités, ils resteraient sûrement au salon ou salle à manger. Le jour où j’aurais une copine, on verra comment ça se passera mais pour le moment, ce n’était pas trop d’actualité. Enfin, je me perdais dans mes pensées, alors que je sortais mon téléphone de ma poche, envoyant un texto à des vieux potes pour essayer de se retrouver dans la semaine. C’est ce moment-là qu’à choisis la personne pour débarquer. Je range aussitôt mon téléphone et me tourne, impatient de découvrir qui serait mon colocataire.

Alors que je pensais réellement être en train de rêver, la jeune femme se présente, confirmant bien qui elle était. Ce n’est donc pas mon imagination qui me jouait des tours. Elle était bien là, elle était réelle et elle se trouvait face à moi. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? C’est une blague… Une caméra cachée ?! Non, ça ne pouvait pas être vrai. Mon cœur s’emporte aussitôt, commençant à battre de plus en plus vite, comme ce fameux soir, à la veille de son départ. Et puis mes sentiments me submergent, tout se mélange, je suis incapable d’y voir clair, incapable de respirer, incapable de savoir où j’étais… J’aurais pu tourner de l’œil, tant ma surprise était immense. J’avais imaginé ce moment une dizaine de millions de fois. En essayant de deviner comment je réagirais, ce que je ressentirais. Mais jamais, oh grand jamais je pensais que ça arriverait. J’avais préparé tout ce que je pourrais lui dire, j’ai appris ça par cœur tellement je me le suis répété. Mais maintenant que j’y étais, qu’on y était, l’un en face de l’autre, surpris, choqués, j’étais incapable d’aligner deux mots. « Ella… » Je murmure, pour moi-même. J’ai l’impression de rêver. Après tout ce temps… Tellement de questions se bousculaient dans ma tête, je voulais savoir ce qu’elle faisait là, depuis quand elle était de retour et puis surtout, pourquoi avait-elle disparu ? Aucune nouvelle depuis deux ans… Est-ce que c’était dû à ce que j’avais fait ? Avait-elle imaginé ce que moi aussi, j’avais ressenti ? Cette culpabilité de croire que j’avais tout foutu en l’air. Je savais que rester ici, ce n’était pas une bonne idée. Alors sans plus attendre, je récupère mon sac, mon sac à dos et... Et puis en fait non. Non ! Je refusais d'agir comme elle l'avait fait il y a à présent deux ans. Je me stoppe net sur place, je n'étais pas un lâche. « Drôle de coïncidence... » Je finis par souffler. « Je ne pensais pas que L.A. était aussi petite. »
∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyLun 11 Mai - 3:14

Ella Everdeen

Ella Everdeen
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 21
points : 5


and you let her go + nate & ella  Empty




NATE&ELLA

Des retrouvailles agitées.

J'avais vraiment l'impression d'être une enfant qui venait de réussir pour la première fois quelque chose d'impossible. Avoir la clef de mon futur appartement dans les mains était un grand pas pour moi, j'acceptais enfin de pouvoir me relever, de recommencer tout à zéro. Être de retour à Los Angeles, dans un nouveau quartier en étant seule était un bon moyen pour tout redémarrer. Bien sûr que je connaissais du monde ici et que j'allais être amené à en croiser, mais j'espérais me faire petite au départ. D'une part parce que la manière dont je suis partie il y a deux ans à dus en décevoir plus d'un. J'étais plutôt du genre à assumer les choses. Et d'autre part je savais pertinemment que les gens allaient me demander où était ma mère. Et cette question je n'avais pas encore envie de l'affronter. J'espérais donc tomber sur quelqu'un que je ne connaissais pas, je ne serais moins embêter. J'allais pouvoir me réintégrer mieux en ville.

En visitant l'appartement ce que j'ai le plus apprécié c'est son grand séjour lumineux. C'est toujours plus agréable et plus convivial d'avoir une grande pièce de vie bien éclairée. Je m'imaginais déjà y passer des heures et des heures. Soit à bosser sur mes photos, soit à discuter autour d'un verre avec mon futur colocataire. Je n'étais pas du genre à faire la fête tous les jours, mais je savais savourer les bonnes choses. En contre partie le jour de la visite je n'avais pas eu de coup de cœur particulier pour une chambre, et je me suis laissée penser que c'était plus sympa de ma part de laisser la personne avec qui j'allais cohabiter choisir celle qui lui plairait le plus. C'était une des règles d'or de la cohabitation, savoir faire des concessions. Je n'allais pas pour autant me laisser marcher dessus, je n'avais pas le plus gros des caractères mais je savais dire oui ou non. Mon seul point bémol c'était la cuisine, je n'étais pas une grande cuisinière, depuis mon retour ici j'enchaînais des repas rapides ou, je sautais carrément des repas. Alors si mon futur colocataire avait quelque connaissance culinaire, autre que de savoir faire cuire des pâtes, je pense que nous pourrons nous entendre.

Du moins c'est ce que j'imaginais jusqu'au moment où j'aperçus mon colocataire, Nate.. j'ai voulu faire demi tour, faire genre que je mettais tromper d'appartement, et que non ce n'était pas ici que j'emménageais. Mais j'avais déjà usée de ma lâcheté envers lui, je ne pouvais pas recommencer une nouvelle fois. J'étais autant submergé par la joie de le revoir que celle de la culpabilité de l'avoir laissé sans réponse il y a deux ans. Je le voyais bien à sa tête qu'il m'en voulait, malgré deux ans je reconnaissais ces expressions, sa manière de parler, « on l'imaginait sans doute plus grande étant plus jeune. » mon dieu que sa voix m'avait manqué, que son regard même plein de haine m'avais manqué. En fait Nate m'avais tout simplement manqué, j'avais envie de le prendre dans mes bras et de lui dire à quel point j'étais désolée. J'avais comme l'impression que quelqu'un avait mis pause, ni lui ni moi ne parlions, on ne bougeait pas non plus. «Nate... je.. je suis si désolée... » cinq minutes. Il m'a fallut cinq minutes du début de ma phrase pour la terminer, cinq minutes pour quatre mots. J'avais envie de lui expliquer, d'arrêter de lui cacher la vérité, mais c'était au-dessus de mes forces. Je savais pertinemment que de parler de mère, surtout avec Nate allais me faire craquer. Pourtant, Nate sait que moi sans ma mère ça n'existe pas, il nous a toujours connu fusionnelles. Les seuls moments où je n'étais pas avec elle c'est que j'étais avec Nate. Je n'avais pourtant pas envie que l'on parle d'elle. Pas maintenant, et de toute manière il s'en rendrait compte très vite que quelque chose ne vas pas. Il me connaît autant que je le connais, alors me voir sans être au téléphone avec elle il se douterait que quelque chose ne tourne pas rond.


☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyLun 11 Mai - 22:56

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées

Sérieusement, Ella ici ?! Mais qu’est ce que… J’ai envie de me pincer pour savoir si c’est réel ou si c’est mon imagination qui me joue des tours. J’avais tellement pense à ce moment. A ce jour, cet instant où on se retrouverait l’un en face de l’autre. J’ai essayé de rejouer cette scène un million de fois dans ma tête pour tout mettre en place. Pour savoir comment je réagirais, ce que je lui dirais, quel temps j’emploierais… En réalité, je n’y étais pas du tout. J’avais beau y avoir beaucoup réfléchi, à présent que j’y étais, tout devenait confus dans ma tête. Je me surprenais à réagir ainsi, à laisser ces émotions me submerger. Car oui, clairement, j’étais en état de choc. Je sentais mon cœur tambouriner dans ma poitrine à une vitesse folle, employant un rythme que je ne lui connaissais pas. A côté de ça, mes jambes tremblaient presque. Et je ne vous décris même pas ma respiration. Après tout ce temps, c’est à ça que ressemblaient nos retrouvailles ?! Lorsque mes yeux se sont posés sur les siens, je n’avais qu’une envie : celle de m’éclipser et partir loin d’ici. Néanmoins, je refusais ce geste lâche. C’est ce qui s’est passé il y a deux ans et je refusais de refaire cette erreur. Je n’étais peut-être pas encore tout à fait prêt à affronter la vérité, mais au moins j’allais l’affronter. Je ne savais pas encore comment elle allait réagir, ni ce que mon cerveau allait me dicter de faire, mais en aucun cas je voulais partir.

Etant plus jeune… Oui, parce que ça fait un paquet d’années qu’on se connaît elle et mois. Ou qu’on se connaissait. Je ne sais plus quel temps utiliser, si je devais nous conjuguer au présent ou au passé. Ma tête entière me hurle que c’était du passé. Mais pourtant, je n’arrive pas à croire qu’elle est là, juste en face de moi, à quelques centimètres… Mais pourquoi ?! Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Pourquoi alors que je reviens à peine ? Alors que je veux prendre un nouveau départ ? Tout se bouscule dans ma tête, mes sentiments sont troublés. Je n’arrive plus à savoir ce que je ressens… De la colère ? De la tristesse ? Je lui en voulais terriblement. Pourtant à sa vue, je suis presque soulagé de savoir qu’elle va bien tout de même et qu’il ne lui étais rien arrivé.

Tomber sur Ella ici, dans cet appartement sur lequel j’avais craqué et surtout, que ce soit elle ma colocataire. Mais quelle ironie du sort ! Je ne comprenais pas. Ça fait deux ans qu’elle avait disparu de la circulation, qu’elle est partie je ne sais où sans se retourner, ni donner un signe de vie. Je ne savais même pas si elle allait bien, où elle était… Deux ans que je me torture. Que je me dis qu'on en était peut-être arrivé là par ma faute. Par mon manque de courage. Par mon manque de mot. Peut-être que je n'ai juste pas su comment la retenir... Et là, je tombe sur elle ? C’est une blague. Qu’avions-nous à nous dire ? Rester à se fixer de la sorte n’était pas une solution envisageable sur la durée. Finalement, c’est elle qui interrompt le silence par une phrase qui semble être des excuses. « Désolé ?! » J’ai été pris par l’envie de rire, tellement ce mot sortant de sa bouche sonnant comme une absurdité. Comment ça, désolé ? Elle pensait réellement que ça suffirait ? « Tu es partie du jour au lendemain, tu n’as même pas donné les raisons de ton départ. » Je me surprends à utiliser un ton calme. « Aucune nouvelle depuis deux ans. Deux ans ! » Malgré moi, de l’amertume se dégage dans ma voix. Je suis incapable de me retenir. « Et tu es désolée parce qu’on se croise par hasard ici ? »
∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyMer 13 Mai - 16:20

Ella Everdeen

Ella Everdeen
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 21
points : 5


and you let her go + nate & ella  Empty



tumblr_nta9j6yOYI1r1hz6jo10_250.giftumblr_inline_ozos1zR2tX1tq4j4w_540.gif

NATE&ELLA

Des retrouvailles agitées.

Je ne sais pas comment je devais réagir. Je savais que j'allais être amenée à croiser Nate tôt ou tard, mais de la, à le croiser lui en premier, en tant que colocataire, ce n'est pas ce à quoi je m'imaginais.. j'étais bien sûr curieuse de savoir ce qu'il a fait pendant deux ans, de savoir comment allait sa famille. Mais je me doute qu'il voudrait me parler de ça. En fait je me doute qu'il veut me parler tout court, il voulait juste des réponses. Jamais en deux ans j'ai pris le temps de lui écrire, jamais je n'ai pris le temps de lui dire toute la vérité, et jamais je ne lui ai avoué à quel point il était l personne que j'avais le plus besoin. Maintenant il fallait que j'assume mes décisions et mes actions d'il y a deux ans.. aussi vite que ça ? Je n'avais pas le choix de toute façon. Il y a bien quelque chose que j'ai appris en peu de temps c'était de garder les pieds sur terre et d'affronter la vérité de pleine tronche. En attendant devant Nate je n'y arrivais pas. Pourquoi ? Pourquoi devant la personne qui me connaissait mieux que n'importe qui, et que je connaissais par cœur auparavant, je n'arrivais pas à lui dire cette vérité.. « Écoute Nate, je sais très bien qu'un simple désolé ne change pas grand-chose, mais on n'avait pas le choix de partir. Et de toute manière à l'heure actuelle si je suis revenue ici c'est que plus rien me retenais en France. »

Depuis que j'avais mis les pieds dans l'appartement je n'avais pas bougé de place. J'étais toujours devant cette porte d'entrée encore ouverte avec un de mes sacs dans les mains. Si il fallait assumer, j'assumerais. Je me suis donc retournée pour enfin fermer cette porte d'appartement, les voisins n'avaient pas spécialement besoin d'assister à nos retrouvailles si particulière. Je n'allais pas fuir une fois de plus, et de toute manière je n'avais aucun endroit où allé dormir. J'ai donc décalé mes affaires pour ne pas rester planté devant l'entrée, poser mes affaires de photo sur la table et de lui montrer que je n'allais pas me dégonfler cette fois-ci « Être désolé d'avoir les mêmes goûts immobiliers que toi ? Non, par contre je ne suis pas désolée de ça! » C'était bien une de seule personne avec qui j'arrivais à tenir tête de temps à autre. Ce que je remarque en attendant c'est que certaines choses n'ont pas changé. Le hasard fait que nous sommes colocataires, mais le hasard nous démontre une fois de plus qu'on a toujours les mêmes goûts. Et qu'il y a une part de nous qui n'as pas changer! C'était un bon début. Je sais pertinemment que quelques choses c'est cassé entre nous il y a deux ans à la suite de mon départ. Et surtout à la suite de notre baiser. Après dix ans d'amitié, on c'est quitté en s'avouant sans même parler de nos sentiments plus fort que l'amitié. Et moi ma réaction, partir sans lui expliquer pourquoi. Lui est resté ici, sans doute plein de questions. Alors qu'il m'en veuille c'est tout à fait normal.

« J'ai bien voulus allez sonner chez mon père à mon retour pour savoir si il voulait m'accueillir. Mais d'un, il ne sait pas qui je suis, et de deux, même si jamais je lui disais que j'étais sa fille je me doute qu'il me laisserait rentrer comme une fleur bleue chez lui dans sa belle petite famille » C'était un peu ironique le fait de vouloir aller habiter chez mon père, mais je voulais aussi lui monter que je n'avais pas vraiment le choix d'être là. Je n'ai jamais parlé de mon père à Nate. En même temps je ne savais rien de son existence il y a encore trois mois. En lui disant ça je venais légèrement de me trahir. Pourquoi vouloir aller habiter chez lui alors que je ne le connais même pas. « Que tu l'acceptes ou non, a priori on a tous les deux signés ce contrat de location. Alors on va bien devoir essayer de co-habiter. » J'étais submergée par le stress de le voir en face de moi. Non je n'allais pas fuir, mais pour autant j'avais envie de me faire toute petite. Et mes phrases sortaient toute seule de ma bouche, alors que j'avais plutôt intérêt de me taire, de le laisser me dire tout ce qu'il avait à me dire. C'était moi la fautive au final.


☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyDim 17 Mai - 19:36

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées

J’avais beau être très en colère contre Ella, le fait qu’elle se retrouve aujourd’hui en face de moi me faisait un drôle d’effet. Je n’arrivais pas encore à savoir ce que c’était, mais je dirais que j’étais en quelconque rassuré de savoir que malgré tout, elle se portait plutôt bien. Il ne lui était rien arrivé. Parce que vous savez, quand vous êtes sans nouvelles depuis une éternité, vous vous faites tout le mauvais sang du monde et vous imaginez le pire scénario… Je me suis réellement inquiété pour elle, plus d’une fois j’ai été pris par la tentation d’essayer de la retrouver, juste pour m’assurer que tout allait bien pour elle. Mais ma fierté m’en a empêché. Le monde est grand et j’étais partit au Brésil justement pour tirer un trait sur tout ça. Je repensais à toutes ces cartes postales que j’avais rédigé, sans jamais écrire l’adresse dessus. Elles étaient justement dans un des sacs que je portais avec moi. J’en avais tellement rêvé de ce moment et aujourd’hui j’y étais. Pourtant, je ne savais plus comment me comporter, beaucoup trop submergé par toutes ces émotions qui me traversaient par le simple fait de la revoir. Et elle se contentait d’un simple désolé, comme si ce petit mot suffirait à tout balayer. Décidément, la colère l’emportait sur tout le reste niveau émotion. Elle était consciente que ça ne suffirait pas, c’était un bon point. « Tu étais en France ? » L’amertume dans ma voix me trahi et je m’en veux d’avoir posé la question. Décidément, c’était compliqué de jouer la carte de l’indifférence. Plus compliqué que ce que je pensais. J’avais beau joué les gros durs, au fond, je mourrais d’envie d’avoir enfin les explications que j’ai tant attendus.

Depuis son départ, les deux hypothèses m’ont un peu pris la tête. Deux possibilités. Soit nous n’allions plus jamais nous revoir et nos chemins ne se croiseraient plus jamais, soit… la deuxième option. Lorsqu’elle est partie, je ne savais pas si elle comptait un jour remettre le pied ici, à Los Angeles et en partant au Brésil, j’espérais encore rester quelques années avant d’y revenir. Seulement, la réalité m’a rattrapé et je suis donc revenu auprès des miens. Mais de son côté ? Est-ce qu’elle est revenue depuis longtemps ? Cette pensée m’arracha encore une douleur, j’avais espéré qu’elle aurait au moins eu le courage de s’expliquer. Je laisse tomber mon sac, alors qu’elle referme la porte de son côté. On en était là, en plein milieu de cet appartement, entrain de vivre ce qui ressemblait à une grosse blague. Elle en profite d’ailleurs même pour faire un peu d’humour, ce qui détend un peu l’atmosphère. Mais juste un peu. Dans d’autres circonstances, j’aurais souri. Mais à cet instant précis, parler me demander un effort, donc sourire… C’était inespéré. « On a toujours eu les mêmes goûts. A croire que ça n’a pas changé. » Sans doute la seule chose qui n’avait pas bougé depuis. Je me mordille l’intérieur de la joue, je n’avais pas forcément envie d’être désagréable, mais c’était plus fort que moi.

J’écoute ensuite ses paroles, qui ressemblaient à des explications alors qu’elle ne m’en devait pas forcément. Le fait d’aller chez son père me fait tilter. Elle ne m’en avait jamais parlé avant, mais je suppose que les choses avaient évolué depuis. Et sa mère là-dedans ? Elles étaient tellement proches, j’imagine qu’elles le sont toujours. Je me demande bien pourquoi elle n’en parle pas. Son discours sonne comme si elle n’avait nulle part où aller, comme si son père était la seule porte à laquelle elle pouvait taper. Je lève les yeux au ciel, complètement désespéré. « Et tu n’as jamais eu l’idée de venir sonner chez moi ? » Je demande, tout de même curieux d’entendre sa réponse. Elle connaissait très bien à présent la rancœur que j’avais en vers elle, elle devait s’en douter. Mais il était clair que si elle avait réellement besoin d’aide, je ne lui aurais sûrement pas tourné le dos. J’aurais peut-être même mieux réagit que maintenant. Savoir qu’elle ait fait d’elle-même le premier pas, plutôt que tomber sur elle complètement par hasard, comme ce qui vient de se passer. « Essayer de co-habiter ? » Je suis un peu incrédule face à elle, je dois avouer, car elle a l’air de beaucoup mieux vivre ces retrouvailles hasardeuses que moi. Mais elle n’avait pas tort sur ce point-là du moins, nous avions tous les deux signés un contrat et il sera difficile de faire machine arrière. « Pas faux. » Malgré moi, je dépose mon autre sac et me tourne vers les chambres. « Tu voudrais laquelle ? Ça m’est complètement égal pour ma part. » Il faut à tout prix que je relise mon contrat pour savoir dans quoi je me suis engagé et quelles sont les conditions pour me retirer.
∞everleigh
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyMar 19 Mai - 0:19

Ella Everdeen

Ella Everdeen
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 21
points : 5


and you let her go + nate & ella  Empty




NATE&ELLA

Des retrouvailles agitées.

Dans le fond j'étais rassurée de voir que c'était Nate mon colocataire. Rassurée, mais à la fois paniquée. Pourquoi ? Parce que je me retrouvais face à la personne à qui j'ai sans doute fais le plus de mal. Alors que je ne suis pas du tout comme ça, bien au contraire, je ne supporte pas les gens qui blessent les autres sans aucune raison. Bien sûr qu'au fond il y avait une raison pour moi, mais Nate ne la connaissait pas. Une fois arrivée en France, j'ai hésité à l'appeler et tout lui expliquer. Plus d'une fois j'ai composé son numéro, je n'avais plus qu'à toucher la touche appel. Mais plus d'une fois je me suis dégonflée, parce que oui pour le coup je n'étais qu'une dégonflée. Et puis, je n'avais surtout pas envie qu'il s'inquiète. Dans ma tête je m'étais imaginé qu'il avait déjà tourné la page, enfin que la blessure avait en quelque sorte cicatrisé. Alors l'appeler, c'était une fois de plus penser à mon petit bonheur parce que c'était la seule personne dont j'avais besoin. Dans les moments où c'était compliqué pour moi, j'enregistrais des podcasts que je lui adressais, en me disant qu'un jour je lui enverrais, malheureusement je n'ai jamais eu le courage. « Oui on a dû partir à Paris pour ma mère. Et crois-moi quand je te dis que j'aurais préféré que les choses se passent autrement » Sans m'en rendre compte je venais de lui dire qu'on était partie pour ma mère. Je devais justement être tellement paniquée que je ne réfléchissais pas à ce que je lui disais. Tout sortait naturellement.

Deux ans. Deux ans se sont écoulés, et nous revoilà là, l'un en face de l'autre en tant que colocataire. Il y a deux ans si j'étais restée sur Los Angeles cela aurait presque été normal de nous retrouver tous les deux en collocations. Mais les choses ont pris un autre chemin... Qu'avait-il fait en deux ans ? Est-ce qu'il était resté ici, ou est ce qu'il était parti de son côté aussi ? Je voulais savoir, mais pour le moment c'était sans doute trop tôt. Comme si Nate allait bien le prendre si je lui posais des questions pour savoir ce qu'il lui était arrivé en deux ans. En revenant ici j'aurais finis par l'appeler et lui demander pardon, et de lui expliquer cette fichue raison de ma fuite. Mais non, il faut toujours que les choses ne se passent pas comme je le vois, et ce précipitent toujours. J'avais l'impression d'être dans une caméra cachée, qu'on nous avait tendu un piège afin que je lui dévoile tout. Inconsciemment je faisais le tour des quatre coins de l'appartement pour voir s'il y avait des caméras. « Oui je suis bien d'accord avec toi. » Il avait fini par reposer ces sacs. Cela voulait peut être dire qu'il allait finalement accepter la discussion. Et que c'était à moi de poser carte sur table et de tout lui déballer. Cependant je ne voulais aucune compassion de sa part, c'était avant tout de ma faute. Je ne lui avais jamais avoué pour ma mère, même bien avant notre départ alors il fallait que je m'en prenne qu'à moi-même.

Dans le fond j'étais contente qu'il me demande pourquoi je ne suis jamais venue sonner chez lui. Cela veut dire qu'il n'avait pas autant de haine envers moi, choses que je n'imaginais pas du tout. « Parce que tu penses que j'allais venir comme un cheveu sur la soupe chez toi en t'expliquant que j'étais enfin rentrée et que je n'avais nulle part où allé ? » C'était autant ironique que le faite d'aller chez mon père, je pense même que j'aurais eu moins de scrupule d'aller chez mon père que d'aller chez Nate. « Et puis je ne savais pas si tu étais encore là ou pas... » La haine, la colère et tout ce qui s'en suit je déteste ça. Je sais très bien que je devrais me faire toute petite, mais j'étais d'un côté tellement heureuse de me retrouver face un visage familier, après avoir perdu ma mère. Certes un visage familier qui n'est pas le plus joyeux, mais ça me faisait quand même du bien. Nate partait en direction des chambres en me demandant celle que je voulais. Je n'avais pas eu spécialement de coup de cœur pour une chambre alors ça m'étais bien égale à moi aussi de choisir. « Prends celle que tu veux, ça m'est bien égal à moi aussi » Une fois de plus, quelque chose qui n'avait pas changé entre nous. La situation était vraiment étrange.. Mais plus les minutes passaient, plus les petits signes démontraient que dans le fond on n'était pas amis pour rien auparavant.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyVen 22 Mai - 11:07

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées

Malgré tout, une petite part de moi a envie de connaître les raisons de son départ, a envie de comprendre pourquoi elle avait fait ça, pourquoi elle est partie. Mais en fait, il y a un autre point que j’avais du mal à digérer, parce que outre le fait qu’elle avait quitté la ville, elle est partie sans se retourner et ça, ça ne passe pas du tout. Je veux dire, ça demande quoi de prendre le téléphone, de composer le numéro et de donner des nouvelles ? Je ne sais pas trop comment je l’aurais pris, quelle aurait été ma réaction, mais c’est sur que je l’aurais mieux vécu. Enfin je crois. Enfin, j’espère. Et puis forcément, je ne peux m’empêcher de repenser à ce soir la, avant son départ. C’est plus fort que moi. Pourquoi avais-je fait ça ?! Et puis surtout, est ce que c’est ce qui l’avait empêché de me donner des nouvelles ? Tant de questions et de scénarios dans ma tête, j’en devenais presque fou lorsque j’y pensais trop. Néanmoins, quelque chose m’interpelle et j’ai envie de poser la question. On a du partir. Devoir. Est ce qu’elle avait été obligé ? Et puis... Pourquoi la France ? Non, ça ne me regardait pas. Je ne pouvais pas poser de questions. « Je vois. » Toujours de l’amertume dans la voix, je sens qu’elle s’est quelques peu adoucie tout de même. « Et.. euh.. Vous êtes revenues pour elle aussi du coup ? » Oui et bah c’est plus fort que moi !

Malgré toute la haine que je ressentais envers elle, Ella reste une personne très importante pour moi, il ne m’était pas facile de balayer dix ans d’amitié d’un revers de la main. J'avais essayé pendant son absence, j’avais tout tenté, mais en la revoyant, je comprends bien qu’il y a encore des séquelles de notre amitié. Reposant les sacs sur le sol, mon excès de colère s’est évaporé. Oui j’étais toujours furieux contre elle, mais je ne voulais pas faire les mêmes erreurs  qu’elle. Il était hors de question de fuir et puis, j’étais aussi chez moi après tout. C’est tout de même drôle cette coïncidence. Nos goûts pour les bonnes choses n’ont décidément pas changé.

Lorsque je l’entends évoquer le fait de revenir et n’avoir presque personne ou aller, c’est plus fort que moi. J’évoque le fait que ça ne lui ai pas traversé l’esprit de taper à ma porte. C’est vrai qu’elle serait tombée comme in cheveux sur la soupe, mais je n’aurais jamais pu la laisser dehors. De toute façon, je n’étais pas ici donc la question ne se pose pas, mais le geste m’aurait fait très plaisir, c’était certain. « Comment tu ne peux avoir nul part ou aller ? Eux dernières nouvelles, tu avais un peu de famille... » Et c’est évidemment à sa mère que je fais référence. « C’est vrai que tu avais peu de chances de me trouver. Mais bon. Tu aurais pu. » Quant au choix de la chambre, ça m’était complètement égale. Les deux chambres se ressemblaient beaucoup, il y avait l’une en face de l’autre avec la salle de bain entre. Ella ne semble pas être décidée, tout comme moi. Je lui laisse la possibilité de choisir, elle devrait en profiter. « On l’a joue à pile ou face ? » Je demande alors, peu convaincu de mon idée. « Quoi que, le dressing est plus important dans celle de gauche, ça te servira sans doute plus à toi qu’à moi. »
∞everleigh


Petite photo qui correspondrait bien je trouve and you let her go + nate & ella  3286964712
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyLun 1 Juin - 0:23

Ella Everdeen

Ella Everdeen
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 21
points : 5


and you let her go + nate & ella  Empty




NATE&ELLA

Des retrouvailles agitées.

J'aurais tellement aimée faire machine arrière et de revenir sur le passé. Ne jamais avoir du cacher la vérité à Nate. Ne jamais lui avoir caché la maladie de ma mère, et surtout lui avoir donné la vraie raison de notre départ. Mais malheureusement on ne revient jamais sur le passé. On doit toujours assumer nos actes et les conséquences qui suivent. « Non je suis revenue seule.» Je n'arrivais pas vraiment à lui dire la vérité, mais néanmoins je ne lui mentais pas non plus. Je suis bien rentrée toute seule de mon côté car plus rien ne me retenais en France. Pas même l'endroit où reposais ma mère étant donné qu'elle avait fait don de son corps à la science. J'ai ressentie comme un petit pic dans mon cœur en parlant de ma mère, c'est la première fois que je dois parler d'elle devant quelqu'un. Et en plus devant Nate. Lui qui la connaissait si bien aussi. Rien que pour ça il devait savoir la vérité. Peut-être qu'avec mon départ j'avais cassé quelque chose entre nous deux. Mais ma mère n'avait rien à voir là-dedans « Ecoute Nate, ma mère elle, elle est restée en France. Et.. elle.. elle ne reviendra jamais.. » Je tremblais, je bégayais... je n'arrivais plus à aligner deux mots l'un en face de l'autre. Je n'arrivais pas non plus à regarder Nate dans les yeux à ce moment-là. Je m'efforçais de ne pas laisser tomber une larme. De rester forte.

Je n'ai pas réussi à réellement avouer la mort de ma mère. Mais mon comportement allait sans doute me trahir. Nate me connaissait. Même si deux ans c'était écoulé sans même une parole entre nous je ne pense pas avoir tellement changée. Je m'étais certes endurcit après les épreuves passées, mais face à cela j'étais faible. J'avais beau y travailler, je n'y arrivais pas. Et Nate le savait très bien, mais sentiment prennent toujours le dessus face à la mort. Ça me rappelle le jour ou une fois de plus Nate et moi avions passé la journée ensemble. On avait encore regardé un film banal, mais moi et mon petit cœur d'artichaut j'avais fondu en larme. Ce n'était pourtant qu'un film, alors la face à la réalité c'est deux fois plus dur.

Sa voix s'apaisait, il était toujours plein de questions et il cherchait toujours à comprendre pourquoi je suis rentrée, seule, sans même savoir ou habiter. « Et bien une famille c'est bien un grand mot. En deux ans, j'ai malheureusement perdue ce qui me restait de ma famille... » Je pense que je ne pouvais être plus clairs. Admettre cela me déchira à l'intérieur de moi. Je n'avais qu'une envie à l'heure actuelle c'était de pleurer et de fuir. Mais non il était hors de question qu'une fois de plus je fuis face à Nate. Déballer tout ça et partir une fois de plus n'étais pas mon objectif. Je me frottais le visage histoire de cacher les quelques petites larmes que je n'avais pu m'empêcher de laisser couler. Le moment de la répartition des chambres tombait à pic ! Au moins cela cassait l'atmosphère étrange qu'il y avait ici. On c'était tous les deux dirigés dans la direction des chambres. « On peut en effet l'a joué à pile ou face » Je lui souris face à sa dernière phrase, il n'avait pas tort, une des deux chambres avait un dressing plus grand et il est vrai que j'avais quand même pas mal d'affaire, mais autant faire jouer le hasard « Tant pis, si je pers le plus grand dressing, je vais soit devoir faire du tri dans mes affaires, soit je viendrais t'emprunter une petite partie du dressing! »

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  EmptyDim 7 Juin - 11:45

Nate Baker

Nate Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 126
points : 19


and you let her go + nate & ella  Empty

« Nate & Ella  »
Des retrouvailles agitées


J’ai rapidement compris que la raison de son départ était peut-être liée à sa mère. Je ne savais pas encore ce qui s’était passé et même si une petite partie curieuse de mon esprit souhaitait le savoir, je n’ai pas posé de questions. J’ai essayé de me retenir du mieux que je pouvais. Néanmoins, je ne pus m’empêcher de demander si elle était revenue pour elle. S’ils étaient revenus pour elle. La réponse qu’elle a formulée m’intrigua. D’accord, elle était revenue seule. Mais ça ne me disait toujours pas plus de choses sur sa réelle motivation à être rentré. J’étais curieux, d’autant plus qu’elle ne semblait pas aller très bien, encore plus lorsque nous avons abordé ce sujet. Même si je lui en voulais terriblement et que j’étais très en colère contre elle, elle a tout de même été quelqu’un d’assez important pour moi et pendant longtemps. Je ne pouvais pas balayer tout notre passé en un revers tout notre vécu. Même si j’espérais avoir réussis à le faire, clairement, ce n’était qu’illusion. Elle ne reviendra jamais ?! Je la regarde, le visage un peu troublé. Je ne sais pas quoi dire car finalement, je n’aime pas beaucoup la tournure que prend la situation. « Tu... tu es sûre que tout va bien ? » Je fais un pas en sa direction. Dans une autre vie, je l’aurais prise dans les bras pour la rassurer. Mais dans cette vie-là, je n’étais pas très sûr de moi. Pas maintenant en tout cas, mes pensées étaient beaucoup trop confuses pour que j’arrive à en tirer quelque chose.

Etant donné l’atmosphère qui commence à s’installer, je comprends rapidement que j’ai peut-être ouvert des sujets que je n’aurais pas dû. Sérieusement, comment je fais pour mettre les pieds dans le plat comme ça ?! Je n’arrive pas à croire que notre discussion ait prise cette tournure-là. Bon, elle n’avait pas très bien commencé, mais nous étions entrain de basculer dans des retrouvailles très dramatiques. Voir Ella ne pas être bien, forcément, ça me touchait. Parce que je la connaissais par cœur et parce que pendant longtemps, elle a été une des personnes les plus importantes de ma vie. Je ne pouvais définitivement pas jouer la carte de l’indifférence face à son état. « Désolé… » Le mot m’échappe alors, d’une voix très basse. Je prends une inspiration. Je passe du mec super énervé il y a quelques minutes à celui qui s’excuse. Je ne comprends pas le virage pris par la discussion, mais bon… « Je ne pensais pas pointer du doigt un sujet sensible. » Je finis par ajouter. Je baisse les armes. Pour cette fois du moins. Encore sous l’effet du choc, de la surprise et de l’émotion, je ne voulais pas forcément me prendre la tête maintenant. J’avais besoin d’avoir les idées claires pour ça. « Je renonce au dressing. De toute façon, je n’en aurais pas besoin. Tu peux la prendre cette chambre. » Je tranche alors. Nous aurons d’autres occasions de le faire à la pile ou face. Je prends une inspiration, me tournant vers elle mais toujours incapable de la regarder. « Je ne sais pas trop comment nous pourrions nous organiser pour cohabiter. »

∞everleigh

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: and you let her go + nate & ella    and you let her go + nate & ella  Empty



Contenu sponsorisé
─────────────♡─────────────

and you let her go + nate & ella  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

and you let her go + nate & ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◊ FAMILY MATTERS :: 
« Los Angeles ouvre ses portes »
 :: ⊱ Venice :: Résidences
-
Nate & Ella
Aidan & Clara
✰ Fiches PUB ✰
HTTP. Pub rpg design.
HTTP. bazzart.