AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:01

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31




Teodoro Jaime García Álvarez
Los Angeles, 27 ans, Ambulancier et boulots d'appoint, Célibataire, Matthew Daddario

Attentif Attentionné Réservé Imperturbable Indépendant
Mature Rigide Tolérant Secret Tendre
Anxieux Stable Pudique Réfléchi Loyal
Persévérant Protecteur Honnête Rabat-joie Maladroit avec les mots


American boy


Mon histoire débute à Tijuana au Mexique avant même ma naissance alors que ma mère, enceinte jusqu'aux yeux, et mon père ont décidé de passer la frontière coûte que coûte. Mes parents ont tout quitté et ont pris tous les risques pour me faire naître sur le sol américain. Ils parlaient à peine quelques mots d'anglais et ne savaient pas ce qu'ils allaient trouver mais il ont fait ce choix pour un avenir. Le mien. Jamais je ne pourrais être assez reconnaissant pour un tel sacrifice.

J'étais donc né en Californie sous le nom on ne peut plus "exotique" de Teodoro Jaime García Álvarez. Nom qui s'est transformé par la suite en Théo García pour faciliter mon intégration puis qui est devenu Théo Álvarez pour des raisons qui apparaîtront très vite claires.

Dès ma plus tendre enfance, j'ai dû apprendre à jongler entre l'espagnol qui était la seule langue parlée à la maison et l'anglais qui se trouvait partout autour de moi. Autant dire que mes premiers pas à l'école n'avaient pas été faciles. Ce qui n'avait pas été rendu plus aisé par le fait que mes parents se trouvaient en situation irrégulière et qu'ils peinaient à joindre les deux bouts.

Mais nous avions persévéré. Ma mère m'a continuellement répété que j'étais un gamin intelligent. Je savais me montrer observateur pour mieux me fondre dans la masse. Je savais me faire discret, voire me faire oublier, ce qui m'avait évité bien des ennuis dans la vie. Américain ou pas, lorsqu'on était affublé d'un tel nom et qu'on venait des quartiers pauvres, on devenait vite la cible de discriminations ou d'accusations infondées.

*****
Family is the only thing that matters, isn't it?


Si j'avais été le premier enfant de la famille, je ne restai pour autant pas bien longtemps le seul. Suivirent Emma deux ans après moi, Jessica qui a six ans de moins que moi, Andrea de huit ans ma cadette et enfin Gabriela, la petite dernière qui était née dix ans après moi.

Quand on était le seul garçon dans une fratrie de cinq, on finissait forcément avec un rôle bien particulier. Pour ma part, j'étais devenu le grand frère protecteur vers lequel on se tourne toujours lorsqu'on a un problème. Ce rôle pouvait être un peu pesant par moments mais je ne l'aurais renié pour rien au monde.

Selon ma mère, depuis les premiers pas d'Emma, j'avais toujours été derrière elle à la rattraper par le bras quand elle filait avec un peu trop d'empressement. Il fallait dire qu'elle était aussi extravertie que j'étais introverti, aussi exubérante que j'étais calme, aussi fougueuse que j'étais docile, et aussi aventureuse et casse-cou que j'étais raisonnable. Elle m'avait vraiment fait tourner en bourrique, mais il s'agissait certainement de la personne dont j'étais le plus proche en ce monde. Nous entretenions réellement une relation fusionnelle. J'avais besoin d'elle autant qu'elle avait besoin de moi, même si ce n'était sans doute pas autant visible de mon côté. Cela avait toujours été le cas et cela le resterait probablement toujours.

La vie n'avait jamais été vraiment facile pour nous. Mes parents travaillaient beaucoup mais gagnaient peu d'argent. Ils faisaient ce qu'ils pouvaient pour ne pas montrer que nous avions des difficultés financières. De même, ils prétendaient que tout allait bien dans leur couple alors que je les surprenais constamment en train de se disputer. Ils essayaient de garder la face mais je voyais bien qu'il n'y avait plus aucune affection ni tendresse entre eux. Les compliments sonnaient faux et chaque mot échangé paraissait d'une froideur extrême. Mais je faisais comme si de rien n'était pour ne pas affoler mes sœurs et parfois, je parvenais même à me dire que j'extrapolais complètement et m'inventais des signes qui n'existaient pas.

Mais ce qui devait arriver arriva. Soudainement, sans prévenir, mon père quitta le foyer. Pas un mot, pas un regard en arrière, nous n'existions plus. Je ne lui avais jamais pardonné. Du jour au lendemain, je me retrouvai propulsé au rôle de figure paternelle. J'avais seulement 14 ans, mais ma famille avait besoin de moi. Je me devais de m'occuper de mes sœurs, voire de les élever, je me devais de participer financièrement pour que l'on puisse manger et payer les factures. Je devais endosser un rôle bien trop lourd pour un gamin de mon âge. Je devais soutenir ma mère qui avait été très fragilisée émotionnellement et je devais compenser auprès de mes sœurs. Gabriela et Andrea qui n'avaient que 4 et 6 ans à l'époque ne comprenaient pas bien la situation et je les ai sans doute couvées plus que de raison. J'avais dû me forcer à freiner les choses lorsque Gabriela s'était mise à m'offrir les cadeaux fabriqués pour la fête des pères à l'école. Et j'avais complètement paniqué lorsqu'un jour elle m'avait appelé "papa".

Aucune de mes sœurs n'avait pleinement conscience de la gravité de la situation. Je m'étais mis à bosser tous les soirs et tous les week-ends pour gagner un peu d'argent. Tout y était passé, j'avais été caissier, j'avais bossé dans des fast-food, j'avais tondu des pelouses, nettoyé des piscines, réparé des éviers, des voitures,... J'avais la chance de savoir me débrouiller avec mes mains alors tout ce que mes dix doigts avaient été capables de faire, je l'avais fait. J'avais travaillé sans compter mes heures, toujours avec ardeur. Et devant mes sœurs, j'avais fait comme si de rien n'était, comme si je ne me penchais pas constamment sur les factures et les relevés de compte avec ma mère pour voir où on pouvait faire des économies et pour s'assurer qu'on allait s'en sortir. Je voulais qu'elles conservent l'insouciance de leur enfance. Mon père avait déjà ruiné ma vie et celle de ma mère, je ne souhaitais pas qu'il ruine également les leurs. J'avais ignoré les cernes qui s'étalaient sous mes yeux et j'avais ravalé ma fierté.  

A 16 ans, j'avais quitté les bancs de l'école. Pas vraiment par choix, à vrai dire, j'aurais apprécié poursuivre des études, mais plutôt par obligation. Je n'avais déjà plus le temps de faire mes devoirs et abandonner entièrement ma scolarité m'avait permis de travailler beaucoup plus et d'améliorer par conséquent la situation du foyer familial. Ce n'était pas vraiment quelque chose dont j'étais fier. J'avais un peu honte de ne même pas avoir terminé le lycée alors que la plupart des personnes de mon âge sont allées à l'université. J'avais juste passé l'examen du GED lorsque mes sœurs étaient un peu plus âgées et que j'avais un peu de temps pour réviser après le travail. J'avais besoin de me prouver que j'en étais capable, même s'il ne s'agissait pas là d'une grande réalisation. Et il y a quatre ans, j'avais suivi une formation pour devenir ambulancier. C'était déjà plus ambitieux étant donné que pour le coup c'était une véritable formation. Même si c'était relativement court, j'avais eu du mal à trouver le temps et l'argent pour le faire. Mais ça avait fini par payer et j'étais parvenu à décrocher un diplôme qui me permettait d'exercer un métier qui me plaisait et au travers duquel je me sentais utile. C'était tout de même autre chose que de travailler sur des chantiers ou en tant que gardien de nuit ou agent de sécurité comme j'avais pu le faire par le passé. Ce n'était pas que je détestais ce genre de boulots, mais je n'avais pas vraiment l'impression qu'ils étaient faits pour moi.

*****
My sisters and I

Je crois que mes sœurs sont sans doute les personnes dont je suis le plus proche au monde. Je n'avais jamais rien pu refuser à Gabriela, la petite dernière. Il suffisait qu'elle vienne me demander quelque chose avec sa petite bouille pour que je cède. J'avais toujours été là pour Jessica et Andréa, et enfin, il y avait Emma. En un sens, on pouvait considérer que ma sœur était également ma meilleure amie. On se comprenait à demi-mot, devinant presque toujours ce qui nous passait par la tête. Mais qu'est-ce qu'elle m'en avait fait baver pendant son adolescence...

Je me rappelais encore de ce jour... J'avais 18 ans et j'étais dans ma chambre en train d'étudier attentivement les factures et nos relevés de compte et de calculer le budget familial lorsqu'Emma toqua à ma porte. Sans attendre de réponse de ma part, elle est entrée et j'ai tout de suite vu qu'elle était anxieuse. D'ailleurs, elle n'osait même pas croiser mon regard.
Je poussai un soupir, sachant pertinemment que si elle se comportait de la sorte, c'était qu'elle avait fait une bêtise.
Je pris mon air strict qui ne lui faisait jamais vraiment très peur et lui demandai légèrement agacé :

- Qu'est-ce que tu as fait ?

Elle me jeta à peine un regard, évitant toujours mes yeux et alla s'installer au bord de mon lit.

- Emma, insistai-je.

Elle releva enfin vers moi des yeux humides. Merde. Chaque fois que j'avais vu Emma pleurer, c'était une histoire de mec.
Je me levai de ma chaise pour m'installer à côté d'elle sur mon lit.

- Qu'est -ce qu'il s'est passé ? lui demandai-je avec plus de douceur.

Je la vis déglutir avec peine. Elle fuyait toujours mon regard. Cela ne lui ressemblait pas. Je savais que j'étais le principal confident de ma soeur. Elle me disait tout, même ce que je n'avais pas franchement envie de savoir. Si elle avait peur de me dire quelque chose, je craignais que ce ne soit grave.

- Tu sais que tu peux tout me dire, ajoutai-je à voix basse.

Je tâchai de rester calme et de maîtriser mes nerfs mais il était certain que mon inquiétude était grandissante. Emma était un véritable moulin à paroles. Rien n'était plus inquiétant que son silence.

- Théo... commença-t-elle d'une voix tremblante. Je pense que je...

Elle poussa un soupir et prit une grande inspiration.

- Enfin non, je sais... je... je suis enceinte, lâcha-t-elle comme une bombe.

Je me tendis soudainement. Le regard fixe la respiration coupée, je me demandai ce qu'on allait bien pouvoir faire. C'était une véritable catastrophe.
Et tout aussi brusquement, mon sang ne fit qu'un tour et je lui répondis sèchement, la faisant sursauter de surprise.

- Qui ? crachai-je. Qui est le pinche cabrón qui... commençai-je à jurer.
- Ce n'est pas la question ! me coupa-t-elle tout aussi sèchement.

J'ouvris la bouche, prêt à protester mais elle poursuivit sans me laisser en placer une.

- Je t'en prie, m'implora-t-elle. Je ne t'en parle pas pour que tu ailles lui casser le nez. Je t'en parle parce que j'ai besoin du soutien de mon frère, me dit-elle avec un regard appuyé, ses yeux pleins de larmes.

Je l'avais prise dans mes bras et l'avais laissée pleurer sur mon épaule. Puis nous avions longuement discuté de ce qu'elle ressentait, de ses possibilités, du choix qu'elle allait faire. Elle m'avait fait jurer de ne rien dire à notre mère ou à nos sœurs et j'ai tenu parole.

Finalement, elle décida d'avorter. Je l'accompagnai dans chaque étape du processus. J'étais allé avec elle au centre médical pour ses consultations et puis j'étais resté auprès d'elle au moment où elle a pris les deux médicaments... et pendant les très longues heures qui ont suivies. J'étais resté, attentif, prévenant et aussi à l'écoute que je le pouvais. Evidemment, cela n'avait pas été simple de cacher ça au reste de notre famille mais je m'étais débrouillé pour qu'on ne lui pose pas trop de questions.

Mais cet événement ne fut pas le seul pour lequel Emma me fit tourner en bourrique, m'inquiétant plus que de raison.
Quelques mois plus tard, ma sœur se mit à avoir de très mauvaises fréquentations. Je découvris un peu par hasard qu'elle sortait avec un type de notre quartier plus âgé qu'elle qui dealait de la drogue. Je m'étais fait un sang d'encre et avais été la chercher un jour où elle était chez lui. J'avais découvert ma sœur à moitié dans les vapes, clairement sous l'effet de substances qu'il lui avait administrée. Je m'étais mis à ruer ce type de coups, pris d'un accès de rage. Je m'étais arrêté, tremblant et les phalanges ensanglantées lorsque ma sœur m'avait tiré en arrière. Je n'avais jamais réagi avec autant de violence. Si elle n'avait rien fait, j'ignore où je me serais arrêté. Je ne me reconnaissais pas. Pire, je me faisais peur. Mais ça ne m'empêcha pas de traîner ma sœur jusque chez nous. Et là, elle me fit une scène invraisemblable, me disant qu'elle n'était plus une gamine et que je devais me mêler de mes affaires. Elle ne m'adressa plus la parole pendant plusieurs semaines. Les semaines les plus misérables de ma vie durant lesquelles je crevais de peur qu'il ne lui arrive quelque chose. Cette période ne s'acheva que quand elle vint me trouver dans un état pitoyable, visiblement accro à une substance ou une autre, pour me demander mon aide. Sans lui poser de questions et sans lui faire de reproches, je l'aidai une fois encore, trop soulagé de la voir essayer de s'en sortir. Nous parvînmes à la sevrer, non sans difficultés, mais malgré le soulagement, je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir coupable. Je n'avais pas réussi à protéger ma petite sœur...

*****

Même si j'avais eu peur que ces événements ne m'éloignent  de ma sœur, ils avaient plutôt eu l'effet contraire. Cela m'avait incité à faire encore plus attention à elle et cela l'avait fait comprendre encore plus qu'elle pouvait me faire confiance. Mais heureusement, après cette période agitée, elle avait réussi à tourner la page et à reprendre sa vie avec sa joie de vivre et son peps habituels. Elle redevint ma petite sœur si précieuse mais agaçante qui passait son temps à s'assurer que je dormais suffisamment et que je ne m'habillais pas n'importe comment. Elle passait son temps à me taquiner et à essayer de me débrider parce qu'elle estimait que j'étais beaucoup trop tendu et coincé. Elle insistait toujours pour que je souffle un peu et que je prenne soin de moi de temps en temps. Pour mes 22 ans, elle m'avait offert avec mes autres sœurs une journée dans un spa. J'avais trouvé l'idée totalement incongrue, une vraie perte d'argent et de temps mais elle m'avait poussé jusqu'à ce que j'accepte d'y aller à reculons. Je m'étais vraiment demandé ce que je foutais là quand j'étais entré dans le hammam et que je m'étais vite rendu compte que beaucoup ne s’embarrassaient pas de la même pudeur que moi. J'avais essayé de profiter au moins un minimum mais je n'étais pas parvenu à rester très longtemps, me sentant légèrement mal à l'aise. Puis j'étais passé à un gommage et à un massage. Je pensais que j'allais détester ça étant donné que je n'appréciais pas vraiment le contact physique avec de sombres inconnus mais quand la masseuse avait commencé à dénouer les nœuds de ma nuque et de mon dos, je n'avais pas pu m'empêcher de soupirer d'aise et de me détendre. J'avais même failli m'endormir sur la table de massage. Comme quoi, j'avais peut-être effectivement besoin de faire une pause de temps en temps...

*****
Never judge a book by its cover

Si ma famille m'avait toujours mis en garde d'une chose, c'était de l'image que je renvoyais. Aux premiers abords, je n'étais pas très souriant et je n'avais pas l'air très avenant. Je paraissais simplement froid et mal luné. Mesurer un mètre quatre-vingt-dix, être plutôt imposant et disposer d'une "bitchy resting face" selon les termes employés par mes sœurs, ne devait pas aider. Pourtant, je n'avais pas du tout l'impression d'être comme cela. Au contraire, j'appréciais les gens, j'étais plutôt sociable et j'étais quelqu'un d'assez positif dans la vie. Certes, je n'étais pas nécessairement le premier à aller vers les gens et j'avais un côté réservé qui faisait que je pouvais avoir du mal à m'ouvrir aux autres, mais rien de bien sérieux. Il était vrai qu'Emma elle-même me reprochait de lui parler beaucoup sans jamais aborder quoi que ce soit de personnel mais je n'estimais pas que garder quelques petites choses pour soi était une tare.

Un autre point sur lequel beaucoup de gens se trompaient sur moi était mon calme apparent. Il était vrai que je savais faire preuve de beaucoup de contrôle et de sang-froid. A vrai dire, j'excellais dans la maîtrise de soi. J'évitais d'exprimer les émotions qui pourraient me causer préjudice où dont les autres pourraient se servir. Mais l'extérieur ne reflétait pas toujours très bien ce que je vivais à l'intérieur. Intérieurement, je bouillonnais d'anxiété. Et à force de tout retenir et d'accumuler, cela ne faisait pas vraiment de bien quand tout se devait de sortir et que je relâchai tout. Quand je finissais par enfin me retrouver seul, à l'abri des regards, il m'arrivait de faire de violentes crises d'angoisse. Elles pouvaient aussi bien durer cinq minutes que cinq heures. Je me retrouvais à étouffer et à suffoquer. Dans des moments comme ça, j'avais l'impression que mon cœur voulait s'échapper de ma cage thoracique, j'avais du mal à respirer, je tremblais, transpirais et j'étais au bord du malaise. Mais il s'agissait des seuls moments où je m'autorisais à lâcher prise et à perdre le contrôle. Pour le coup, les choses ne se faisaient pas à moitié, même si j'aurais préféré éviter cela. Personne n'était au courant, et c'était bien mieux comme cela.


*****
What about love

S'il y a un point qu'il semble que je n'ai pas abordé, c'est bien celui des relations amoureuses. Je ne suis pourtant ni aromantique ni asexuel. Disons simplement que je ne suis pas très doué pour les relations de couple. Toutes les femmes avec qui j'étais sorti (enfin, les quelques femmes avec qui j'étais sorti) avaient considéré que je n'étais pas assez impliqué dans notre relation, que j'étais trop distant et qu'elles n'arrivaient pas à savoir si j'avais réellement des sentiments pour elles. Du coup, ça ne durait jamais très longtemps. Et puis, il fallait le dire, j'étais nul pour draguer. Je n'avais aucun problème pour parler avec des femmes dans un autre contexte, mais quand il s'agissait de draguer, mon cerveau semblait se mettre sur pause et soit j'étais incohérent, soit je sortais des absurdités. J'avais déjà demandé à une femme si elle "venait souvent ici" alors que la femme en question était sur son lieu de travail. Oui, c'était à ce point. Comme je l'ai dit, je ne faisais jamais les choses à moitié. Bon, pour ma défense, c'était Emma qui m'avait poussé à draguer une serveuse plutôt mignonne alors que je n'y étais absolument pas préparé et j'avais réussi à ne pas trop sortir d'énormités durant le reste de notre conversation, mais tout de même...

Emma avait essayé à plusieurs reprises d'arranger des rencontres entre ses amies célibataires et moi mais je détestais cela. J'avais toujours l’impression de tomber dans un traquenard. Et puis, à quoi bon, tout le monde finissait déçu : la fille parce que je ne correspondais pas à la description qu'Emma avait fait de moi, ma sœur parce qu'elle estimait que je n'y mettais pas assez du mien et qu'elle me trouvait désespérant et moi parce que je n'avais rien demandé !

Mais aucune de mes relations précédentes ne provenait de situations de drague plus ou moins étrange. Cela voulait bien dire que j'étais capable de me débrouiller autrement.

Que sera sera...


PARLEZ NOUS DE VOUS !

Bonjour, je me présente, je m'appelle Mathilde, mais on me connait souvent sous le pseudo de Mathilde. J'ai connu le forum sur I love Miami et j'ai adoré, la raison de ma venue ! J'ai choisi de rejoindre le groupe Tarif simple, car c'est celui-ci qui me ressemble le plus ! Ayant bien lu le règlement du forum, voici le code de celui-ci code validé by lolo.


────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────



Dernière édition par Théo Alvarez le Sam 4 Nov - 11:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:06

avatar

Tracy j. Baker
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 1165
âge : 28
points : 1053


Bienvenue parmi nous
Bonne suite pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:06

avatar

Christopher Thomson
enfant
─────────────♡─────────────
enfant
messages : 833
âge : 31
points : 881


Bienvenue parmis nous ♥️

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────


Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://modern-family.forumactif.org/t3406-chris
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:13

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci ! heart

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:46

avatar

Tyler Scott
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 643
âge : 27
points : 608


Bienvenue ma petite Mathilde

Je te souhaite bon courage pour ta fiche de présentation, et s'il te plait pour ceux qui vont la lire, merci d'éviter les ENORMES PAVES s'il te plait mais je serais ravi de découvrir ce nouveau perso !
Des demain, je fais ta lettre qui m'engage a ne plus te corrompre pour que tu fasses des persos MDR

Pour ta venue ^^:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mar 31 Oct - 23:53

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci ma tortionnaire préférée
Je promets rien pour le pavé. Il faudrait que je me mette à faire des versions courtes et des versons longues pour faciliter la tâche cacher
J'attends ta lettre :P

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mer 1 Nov - 1:55

avatar

Tommy Davis-Porter
famille
─────────────♡─────────────
famille
messages : 79
âge : 14
points : 101


Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://modern-family.forumactif.org/t3949-le-jeune-tommy-arrive-
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mer 1 Nov - 2:19

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci ! smile

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mer 1 Nov - 13:24

avatar

Lorenzo T. Calloway
FONDATEUR ★ BECAUSE I'M THE BOSS
─────────────♡─────────────
FONDATEUR ★ BECAUSE I'M THE BOSS
messages : 5915
âge : 34
points : 5545


Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Mer 1 Nov - 15:44

avatar

Everleigh L. Gordon
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 86
âge : 29
points : 94


Bienvenue à toi !

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Jeu 2 Nov - 0:47

avatar

Mary Hudson
famille
─────────────♡─────────────
famille
messages : 489
points : 521


Bienvenue !

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

©️ OMEGA
Mary Hudson A singer, a lover and a mom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Ven 3 Nov - 18:05

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci pour votre accueil, c'est très gentil
Je termine ma fiche ce soir smile

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Ven 3 Nov - 18:06

avatar

Tyler Scott
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 643
âge : 27
points : 608


Tu devrais dire, je termine mon pavé ce soir MDR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Ven 3 Nov - 18:09

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Mais non, ce n'est pas mon genre cacher

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Ven 3 Nov - 18:25

avatar

J. Liam O'Connor
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 122
âge : 30
points : 117


Bienvenue parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Sam 4 Nov - 4:12

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci smile

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Sam 4 Nov - 11:02

avatar

Eowyn A. Ward
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 208
points : 229


BIENVENUE sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://modern-family.forumactif.org/t3819-eowyn-a-ward-mafiche-c
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Sam 4 Nov - 11:36

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Merci heart

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Sam 4 Nov - 11:59

avatar

Lorenzo T. Calloway
FONDATEUR ★ BECAUSE I'M THE BOSS
─────────────♡─────────────
FONDATEUR ★ BECAUSE I'M THE BOSS
messages : 5915
âge : 34
points : 5545


Coucou Théo, me revoilà pour ta validation
Ta fiche est très bien écrite et super longue comme toujours ^^
Après ce petit éclaircissement au sujet de ton groupe, j'ai l'honneur de t'annoncer que tu es validé
Amuse toi bien parmi nous



BIENVENUE

Coucou toi !

C'est avec une joie immense que je t'annonce que tu es validé ! Avant de te lancer dans les RP laisse-nous t'indiquer quelques petites choses à faire absolument :
- Recenser ton avatar, sauf si tu veux te retrouver avec un futur nouveau qui te le vole.
- Recenser ton nom de famille, ça évitera d'en avoir 20 000 comme toi.
- Recenser également ton prénom, pour éviter par la suite de tous avoir le même.
- Recenser ton emploi, histoire que tout le monde sache ce que tu fais dans la vie.
- Ensuite, tu pourras créer ta fiche de lien et ta fiche de topic.
- Si jamais tu souhaites que ton personnage reçoive des messages et des appels.
- Tu peux également créer ta propre page Facebook et aussi un compte snapchat.
- On te propose également de t'inscrire au parrainage afin de te trouver un parrain/marraine pour t'aider à faire ta place parmi nous.

Et voilà tu es enfin prêt ! Bienvenue dans la famille !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   Sam 4 Nov - 12:04

avatar

Théo Alvarez
simple
─────────────♡─────────────
simple
messages : 27
points : 31


Parfait, merci beaucoup pour la validation ! heart

────────────☆ ☆ ☆ ☆ ☆────────────

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been   



Contenu sponsorisé
─────────────♡─────────────

Revenir en haut Aller en bas
 

Théo Alvarez - I’m the same person I’ve always been

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miguel J. Alvarez [Libre]
» Worgen.
» [Côté Horde => Neutre] La Coalition Kaboum
» Les Personnages
» Astuce(s) pour probleme de crénelage sur photoshop ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◊ FAMILY MATTERS :: 
« Donner vie à son personnage »
 :: ⊱ Carte d'identité :: Présentations validées
-
Eowyn & Chris
Robbie & Aleksei
✰ Fiches PUB ✰
HTTP. Pub rpg design.
HTTP. bazzart.